Ensemble des mécanismes fondés sur l’idée d’une solidarité nationale, qui couvrent un certain nombre de risques sociaux concernant les individus (maladie, accident, chômage, vieillesse, famille…). La protection sociale consiste à compenser en partie les pertes de revenus ou les hausses des charges induites par la réalisation de ces risques.

Se référant au principe de l’assurance, le financement du système de protection sociale est assuré principalement par des cotisations sociales basées sur les salaires : le salarié verse des cotisations pour recevoir des prestations si certains risques, le concernant lui ou sa famille, se réalisent.

Certaines prestations sociales relèvent néanmoins de la logique de l’assistance puisqu’elles s’adressent à des personnes qui n’ont pas cotisé (cas du minimum vieillesse).

Cette logique de l’assurance est complétée par celle de la solidarité puisqu’il s’agit d’une redistribution des actifs vers les inactifs, des bien-portants vers les malades, des salariés vers les retraités. Le principe de fonctionnement de cette solidarité repose sur l’adhésion obligatoire de tous.

Les individus ont la possibilité ou l’obligation de souscrire des garanties complémentaires. On parle alors de la protection sociale complémentaire que ce soit dans le domaine de la retraite ou de la prévoyance.